J’aime quand… J’aime que…

DSCN9302Parce que ça fait longtemps… voici une liste de J’aime Quand ou J’aime que mais cette fois ce ne sera pas seulement à propos de mon fils…

J’aime quand tu dit que tu es un « homme curieux »

J’aime quand nous allons marcher et que tu vis mille et une aventures.

J’aime que tu te fasses des amis qui sont polis et gentils.

J’aime que je découvre des gens extraordinaire dans mon entourage.

J’aime que le soleil rayonne! J’ai l’impression que c’est la vie qui me souris.

J’aime que j’ai reçu une lettre destiné à ma mère cette semaine.

J’aime apprendre à faire confiance.

J’aime jouer aux échecs avec toi.

J’aime faire du troc de tisanes ;)

J’aime quand tu sors à tes amis des dictons que je te dis.

J’aime quand mon lapin s’endors sur moi.

J’aime partager des moments de complicités.

J’aime que 2014 ne fais commencer et déjà mes résolutions se mettre en branle… De l’aventure, de l’enthousiasme et de la romance au quotidien. C’est à croire que j’ai une ligne directe avec « Dieu »!

-Jane

8 leçons apprises en 8 année de maternité

DSCN9905

Être maman n’a pas été innée chez moi, même si j’étais une bonne gardienne d’enfants durant toute mon adolescence… J’ai dût apprendre, à la dure de surcroît, comment devenir une mère tout en essayant de trouver qui je suis réellement en tant que personne. Et évidemment, je n’ai pas fini d’en apprendre autant sur la maternité que sur moi-même. Chaque jour, je recherche la motivation pour continuer de m’améliorer en tant que mère et personne.

1- Arrêter de lire des livres pseudo éducatif, de pédopsychologie ou autre livre qui parfois nous font sentir comme des ratés.

Quand mon fils était qu’un fœtus, je me suis mise à dévorer des tonnes et des tonnes de livres de pédo psychologie dont plusieurs avaient des statistiques vraiment écrasantes pour quelqu’un dans ma situation… exemple; 64% des enfants qui grandissent dans une famille pauvre et monoparentale ne terminerons pas leurs études secondaires (fictif mais vous comprenez ce que je veux dire) et malheureusement même si ces statistiques s’avéraient peut-être exacte… n’en reste pas moins que la culpabilité m’envahissait. Après la lecture de ces livres, je me sentais incompétente et abattue… comment j’allais faire pour m’en sortir si les statistique montrent clairement que peu importe mes intentions mon fils avait 64% des chances de devenir un moins que rien. Encore plus méprisant lorsque des statistiques montrent qu’un père absent et aucuns modèles masculins n’irons probablement pas très loin dans la vie et seront très rebelles, etc… Que la violence conjugale lorsque le bébé est dans le ventre de la maman va influencer négativement toute la vie de celui-ci avec des maladies mentales et j’en passe…

BREF, un gros non non!! Ça m’a pris du temps avant de dire FUCK LES STATISTIQUES! Après tout, je ne peux pas changer le passé.

J’ai lu aussi beaucoup de livre sur des techniques d’éducations… j’en ai lu et j’ai essayé de mettre en pratiques plusieurs techniques qui ne marchaient pas vraiment avec mon type de personnalité. Mais j’ignorais tout ça, alors j’essayais, échouais, essayais, échouais… ça en venait fâchant.

Alors j’ai dit FUCK LES TECHNIQUES!

J’ai remplacé ces livres méprisants par la lecture de blogues inspirants, de d’autres mamans, des blogues qui me faisaient sentir humaines et normales. J’ai tenté de faire de plus en plus confiance à mon intuition, à me fier à mes souvenirs d’enfances, ceux qui ont fait de mon enfance malheureuse un moment magique malgré tout… J’ai ré-apprivoisé ma créativité. J’ai commencé à fouiller mon côté spirituel, le développer en cherchant des moyens, des religions, des visions de la vie qui m’interpellaient … j’ai étudié la psychologie jungienne, la scientologie, le reiki… Je me suis trouvé un guide positif, passionné dont chaque mots évoquaient une vérité en moi et qui a influencé ma vie grandement… Puis j’ai découvert le bouddhisme. Et le Buddhisme, pour moi, a été comme me retrouvé. Sur, je ne suis pas une fervente adoratrice de Buddha, j’apprends à associé leurs valeurs à ma vie quotidienne tranquillement. J’apprends à les polir et les chérir pour avoir une ligne de vie basé sur ces valeurs. Ces valeurs qui m’ont manqué tout au long de ma vie… je les découvre et me solidifie en tant que personne et par ce fait même, comme mère. La maternité ce n’est pas une science infuse, ça s’apprend.

2- Accepté  d’être monoparentale sans tout donné.

Ça pas été facile, de passer de la culpabilité qui me rendait parfois impuissante… à vouloir s’amélioré et devenir la meilleure maman du monde…  j’ai voulu TOUT donné et quand je ne le pouvais pas je me sentais super coupable… me comparant à des modèles fictifs de « super-mamans ». Un jour, j’ai compris que ma situation était loin d’être simple et que j’avais le droit d’être juste moi 15 minutes, que j’avais le droit de ne pas jouer avec mon fils pour faire autre chose comme le ménage ou lire un bouquin. Que j’avais le droit de m’asseoir au parc à le regarder jouer sans me sentir mal de ne pas avoir d’énergie pour faire la fo-folle.  J’pense que depuis c’est plus facile pour lui et moi de pas avoir toute l’énergie dépensé dans la culpabilité.

Certes, je suis pas mal toujours avec lui mais c’est beaucoup plus agréable car je fais des choses que j’ai envie et que j’aime comme marcher dans la nature, faire du bricolage, lire, parler au tel avec une amie, écouter MA musique… tout ça sans que tout mon monde tourne autour de lui. Il apprend à respecter mon monde, et mon je lui laisse le sien.

Maintenant, j’accepte ma monoparentalité!

3- Laisser les choses aller.

J’ai appris à lâcher prise pour des « niaiseries » autant comme maman, que comme personne ou au travail. Il y a des situations que nous, en tant qu’adulte, trouvons ridicule mais qui affectent beaucoup nos enfants. Toujours le réconforter ou le surprotéger, intentionnellement ou pas… ça prend beaucoup d’énergie. Tandis que valider les émotions de son enfant, l’écouter, l’épauler et l’encourager c’est beaucoup moins difficile et beaucoup plus gagnant…

Laisser son enfant apprendre à son propre rythme aussi est quelques choses que j’ai apprises. J’ai été de celle à trop vouloir que son enfant se surpasse et apprenne tout un tas de truc qui finalement ne l’intéressait pas encore… quelqu’un a dit un jour que l’enfant qui explore le monde autour de lui, cultivera un monde à l’intérieur de lui. Ce n’est pas une compétition c’est un engagement envers notre enfant.

On peut éveiller son intérêt, le soutenir dans sa persévérance mais apprendre que laisser tomber pour l’instant c’est ok. Même chose pour moi hein!! Ne pas prendre la vie trop au sérieux!

4- Être positive et avoir un environnement tout aussi optimiste.

C’est facile d’être de mauvaise humeur, de tomber dans la lâcheté… mais être de bonne humeur, sourire même quand il est 5h am et que le mousse crie famine, c’est beaucoup plus difficile et pourtant c’est tellement plus satisfaisant. Avez-vous remarqué le sourire que votre enfant affiche lorsque vous lui souriez??? Il en devient tout plus agréable de vouloir se brosser les dents tout à coup!! Et c’est la même chose pour moi… si je bougonne je n’aurais pas envie de travaillé tandis que si je souris et respire, alors c’est beaucoup plus facile de faire le ménage ou autre!!

5- Apprendre à aimer les petites choses de la vie.

Aimer les petites choses de la vie ce n’est pas toujours facile lorsqu’on croule sous les problèmes ou le stress mais c’est une choses qui m’a pourtant beaucoup aidé au travers les épreuves. Les petits câlins, les petits mots, les petits sourires, les petits gestes d’affections dont nos enfants sont capable, les jeux avec eux, les bricolages, les questionnements, les découvertes, les aventures, les conversations… la nature, un caillou, la vue d’un lac, d’un animal sauvage, observer son enfant jouer et explorer… un merci spontané… la visite d’un ami… toutes des choses qui lorsqu’on les regardent de près allèges le cœur. Nous distrait.  Nous font voir que tout n’est pas noir. Et les meilleures choses dans la vie sont vraiment gratuites (ou à très petits prix!).Et la vie est tellement plus belle vue dans les yeux de nos enfants.

6- Parfaitement imparfaite.

Au fils des ans… j’ai appris qu’être en retard à un rendez-vous, oublier le maillot d’éducation physique, avoir un peu de retard dans les comptes, demander au professeur des informations plus souvent au risque de paraître fatigante… ne rien faire une fin de semaine, sauté un devoir une fois de temps en temps, ou bien manger des céréales pour souper… ce sont des choses qui ne sont pas si graves finalement!! Être imparfaite… c’est être légère et ne pas se taper sur la tête à chaque écart. La vie c’est le progrès, pas la perfection.

7- Chaque famille est différente mais que la nôtre est la meilleure.

Ça été une leçon apprit sur le tard, mais en effet, il n’y a pas de meilleure famille que notre propre famille. Chaque famille est différente et « diriger » par des personnalités différentes. Une façon de faire pour une famille n’est pas nécessairement la meilleure façon de faire pour l’autre. Une famille à deux adultes et deux enfants, c’est différent qu’une famille monoparental. Une famille avec plusieurs enfants c’est différent qu’un enfant unique. Vivre avec un papa c’est différent que de vivre avec une maman. Ainsi de suite… vous me suivez?? :) Ça m’a pris du temps avant d’assimiler ceci… car je n’avais pas de référence dans le domaine du « parenting » et je me cherchais beaucoup trop pour pouvoir me fier à moi-même… donc j’essayais des trucs et des croyances qui ne m’allaient pas nécessairement. Maintenant, j’apprends à vivre selon mes principes et mes valeurs! Faire du parenting à MA façon!

8- Et oui… le temps passe vraiment vite!!

C’est un fait qu’on nous rappelle constamment en grandissant. Le temps passe tellement vite. Et bien oui! Il passe très très vite et c’est pourquoi il est important d’être dans le moment présent avec eux. Oublier les soucis du travail en le voyant courir vers moi lorsque je vais le chercher au service de garde, oublier la tristesse qui parfois m’habite… ou les inquiétudes de grands… y’a toujours entre 8h pm et minuit pour y songé!! J’essaie le plus possible d’être dans le moment présent. Et être dans le moment présent est bénéfique à tous les deux. On peut connecter avec l’autre d’une façon positive et calme.

Et vous, qu’avez-vous appris en devenant parent?

-Jane

5 auteurs à découvrir

Comme j’ai pratiquement toujours le nez dans les bouquins depuis deux semaines et que j’ai fait des découvertes agréables. Je vous les partages dans cet article avec une opinion strictement personnel et non des résumés (cliqué sur les liens pour avoir des résumés). Ce sont des livres qui m’ont fait vivre des émotions « fortes » et qui m’ont assez captivées pour oublier mes petits tracas,

1- Carlos Ruiz Zafon est un auteur dont j’ai beaucoup entendu parler avant de me laisser tenté par une première lecture. Me laissant d’abord séduire par la couverture de ses livres et les résumés sur la quatrième de couverture, j’ai choisi  son roman « Marina » pour découvrir cet auteur. Je suis contente de l’avoir fait, je n’ai pas été déçue. J’aime bien le mystère qui plane dans chacune de ses pages. J’aime son côté vif et aventurier où l’on plonge dans un monde énigmatique semblable à mon enfance. J’adore. Même chose lors de la lecture de son roman « Le prince de la brume ».

2-Jacques Saussey m’a fait découvrir un monde pleins d’émotions et d’intrigues dans son roman « Principes mortels ». Auteur que j’ai découvert par hasard en longeant les ranger bordées de livres à la bibliothèque.

3- Tom Piccirilli m’a effrayée et émue dans son livre « La rédemption du marchand de sable » c’est un livre poignant avec un dénouement surprenant. Je suis entrée dans l’histoire avec enthousiasme dès les premières lignes…

4- Craig Russell m’a tenu en haleine tout le long de son roman policier « Contes barbares ». J’ai aimé le côté psychologique de l’histoire et le rythme de l’histoire. Le seul accro fut les références Allemandes.

5- Edith Kabuya avec son roman « Résurrection: les maudits » m’a surprise. Je m’attendais à une histoire abracadabrante de vampire du genre Twilight mais finalement le rythme et l’histoire m’a plu. Ce n’est pas du jamais vu mais ça très bien passé. C’est un livre qui se lit très bien, je l’ai terminée en deux jours et j’ai l’intention de lire la suite.

Et vous quels sont les auteurs que vous avez découverts récemment???

51 Choses Qui Me Font Sourire

f976c26a106736fd35a8bbc517adff17

En visitant le site de Tiny Buddha , j’y ai découvert une liste de « 51 things that will make you smile »  et j’ai eu envie de me faire une liste personnalisée de choses qui me font sourire parfois. J’en ai volée quelques unes à la liste originale.

1. Avoir LA réplique intelligente à dire.
2. Prendre des marches avec mes collègues.
3. Quand mon fils me fait un déjeuner au lit!
4. La musique joyeuse.
5. Faire du bricolage.
6. Naviguer sur pinterest.
7. Quand mon fils me raconte des blagues.
8. Rachid Badouri ou Sugar Sammy.
9. La chanson « Baby » de Devendra Benhart
10. Regarder des émissions sur Évasion.
11. Feuilleté des magazines de décoration ou de recettes.
12. Avoir des bas qui ne match pas.
13. Les typos.
14. La nature.
15. Que mon fils s’appel « Jack » dans tous les jeux qu’il fait…(il aime bien son prénom j’crois)
16. Quand mon lapin s’approche pour têté un calin…têteux
17. Prendre des photos (DUH)
18. Découvrir de la nouvelle musique.
19. Découvrir de nouveaux endroits.
20. Apprendre des trucs du genre « Le Saviez-vous? »
21. Trouver un vêtement qui me va bien.
22. Les souvenirs…
23. Quand je sais déjà ce que l’autre va dire ou faire.
24. Quand mon fils me prend la main sans que je le demande.
25. Voir les petits pit pit et les gros manger dans la mangeoire.
26. Faire des listes et chaque jour réalisé que j’accomplis plus de chose que je croyais.
27. La neige qui tombe en gros flocons et tout doucement.
28. Un bon livre.
29. Découvrir des blogues ou sites inspirants.
30. Le sourire de caissiers qui te reconnaissent.
31. Trouver des sous cachés ici et là.
32. Écrire.
33. Quand j’ouvre ma salade et que tout le bureau m’entend car elle est si bien scellée.
34. La musique de mon enfance.
35. Quand soudainement il me vient un verset biblique ou une chanson chrétienne en tête…
36. Quand je peux dire… « j’te l’avais dit! »
37. Mon écran de veille
38. Quand mon neveu fait des faces hyper mignonnes lorsqu’il est concentré.
39. Les petits mots que ma nièce me laisse ici et là au boulot.
40. Quand ma sœur me fait du sucre à la crème…!!
41. Les VENDREDIS!
42. Des clients sympathiques!
43. Le café!
44. Quand je marche l’hiver et que je me pète presque la margoulette en glissant.
45. Glisser!
46. Un bon petit plat maison.
47. Le chant rythmique de mon oiseau.
48. Revenir à la maison.
49. Partager ses idées et créations avec les gens que j’aime.
50. Recevoir des cartes de vœux.
51. Retrouver quelques choses que je croyais avoir perdu forever!

Et vous? Qu’est-ce qui vous fait sourire?

-Jane

Parole de coeur

DSCN6570

Il n’y a que dans tes yeux, que je vois le poids du monde. Que dans tes yeux, que je vois la vie en rose. Quand tu dis que tu m’aimes aussi gros qu’un arbre… quand tu chuchote ma maman, mon trésor, mon cœur bat encore plus fort. Que ton sourire et tes soupirs, peuvent me faire aimer. Découvrir tout un monde, un monde si grand, même si t’es haut comme quatre pommes maintenant.

Tu me donnes tout un défi, tu me donnes du courage. Même dans les moments difficiles, j’entends toujours ta voix… de ces mots qui parfois viennent de ton cœur, si profond et si tendre.

Malgré les nuages, ont vient à briller. Les yeux dans les yeux, on rêve encore un peu. À deux c’est mieux…

Blanc comme neige

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je n’écris plus. Et pourtant, ça me manque.

Souvent, je m’assis devant ma page blanche et rien ne sors, mes mains restent paralysées. D’autre fois, j’écris, j’écris et soudain, je ne peux plus continuer.

Pourtant, j’ai pleins d’idées et je ressens un besoin de partager, comme auparavant. Mais plus rien ne sors.

Je suis cependant très créative et active, je bricole, je cuisine, je marche, je joues, je lis, je travail, j’ai de nouvelles copines bref, je vis quoi! J’ai tout un tas d’émotions à coucher sur papiers, pleins de rebondissements à raconter, pleins d’histoires à découvrir…

Je ne comprends pas tellement pourquoi, moi qui écrivait tant, ne suis plus capable de le faire. J’ai eu une brève idée mais elle est irrationnel.

Donc, c’est le blocage depuis presque deux ans. J’imagine, que j’écris ceci en espérant un déblocage le cœur plein d’espoir.

-Jane

2014.

horse_with_grass_1920x1200

Crédit: Unknown

2014… l’année d’aventures, d’enthousiasme et de romance si on se fie au calendrier chinois -l’année du cheval.

Mes résolutions? De l’aventure, de l’enthousiasme et de la romance au quotidien.

Les mots qui m’inspireront tout au long de l’année? Simplicité, créativité et ouverture.

On verra où 2014 nous mènera..

Et vous? vos mots inspirants? vos résolutions?

-Jane