2016

IMG_9402

Je sais qu’il manque un peu de blanc en ce moment dans le sud du Québec mais c’est bientôt la fin de 2015. ENFIN!

Une des joies de travailler avec une clientèle diversifiée, c’est qu’on parle à toute sorte de gens… j’ai donc un client surexcité qui a prédit que le monde entier allait faire faillite en 2016. Mais selon l’horoscope chinois, nous entrerons bientôt dans l’année du Singe. Une année dynamique, spirituelle, optimiste, et bien plus.

Je n’accorde pas trop d’importance à l’horoscope chinois mais j’avoue que cette prédiction me rejoins beaucoup.

J’ai envie de bouger, d’explorer, de reprendre en main de vieux projets et de vieilles résolutions.

2015 a été difficile mais m’a beaucoup apprit.  Alors que « Let it go! » nous casse les oreilles depuis deux ans (?)  ces trois petits mots résume parfaitement ce que 2015 m’a apprise.

J’espère de tout mon cœur que 2016 vous apporteras un vent de fraîcheur, de l’espoir, pleins de petits et grands bonheurs!!! Merci d’être là et de laisser votre trace à votre façon, ça compte beaucoup pour moi!

ET VOUS, QU’EST-CE 2015 VOUS A APPORTÉ? ET QU’ATTENDEZ VOUS DE 2016??

-Jane

 

 

 

Témoignage de Dale Weise #22

22855323773_3c165f5d55_c(Granby) Dale Weise a tout ce dont il a rêvé: une carrière dans la Ligue nationale, une femme «merveilleuse» et des enfants «extraordinaires». En prime, il porte les couleurs du Canadien de Montréal, l’équipe de son enfance.

PAR MICHEL TASSE

Et Weise est reconnaissant. Reconnaissant envers Dieu. Et c’est de Dieu et de sa foi dont il est venu parler, mercredi soir, à l’Auditorium Desjardins du cégep, à l’invitation des gens de l’Église de la victoire du Québec, fondée à Granby par le pasteur Joel Spinks.

Un joueur du Canadien qui débarque à Granby, ce n’est pas rien. Avec le temps moche qui sévissait, ça prenait honnêtement un certain courage pour sortir de la maison. Qu’importe, quelque 350 personnes, dans une salle comble, s’étaient donné rendez-vous afin d’entendre le numéro 22 du Tricolore.

On a croisé plusieurs amateurs de hockey et on a vu plusieurs chandails du Canadien. Il y avait des gens de tous âges, véritablement de sept à 77 ans. Et Weise a été accueilli comme une vedette rock, avec les clameurs qui l’accompagnent. Mais lorsqu’il s’est mis à parler, la foule s’est tue et l’a écouté avec grande attention.

POUR EN LIRE PLUS CLIQUE ((ICI))

Photographie

J’ai cru pendant longtemps que l’amour de la photographie était né en même temps que fiston dont j’ai immortalisé ses mille et une facettes. Mais en replongeant loin derrière, je réalise que ça date de beaucoup plus loin que cela.

Ce n’était pas de l’art. C’était surtout pour s’amuser. J’aimais prendre les enfants que je gardais, mon entourage, mes animaux domestiques mais surtout mes endroit préférés; le boisé, le cimetière ou bien le quartier.

À l’adolescence, nous devions faire des photographies en noir et blancs. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi je prenais ces photos mais je me souviens qu’à ce moment là, dans ma vie, c’était sombre.

collagesecondaire

Avec le recul, je vois très bien mon état d’âme du moment. J’étais solitaire, déprimée et j’aimais les choses mystérieuses comme les crimes, la psychologie, les drames mais surtout les esprits, le paranormale, la magie. J’aimais le côté plus obscure de l’imagination. Je crois avoir voyager dans toutes les sphères de l’imaginaire.

Ce côté de moi, qui était fasciné par ces choses, je ne l’ai jamais vraiment assumé sauf avec mon amie d’enfance Briny… parce qu’elle aussi partageait ce petit côté.

Bref, au secondaire 5 c’était pas rose du tout.

Ensuite, devenu adulte, j’ai photographié surtout mes soirées bien arrosées, mes nowheres ou mes roadtrips avec mes amis. De la phase solitaire, j’étais passé à « perdu ». Et puis, devenu mère, j’ai photographié des milliers de fois la frimousse de mon fils. Comme si j’avais peur d’oublié ces instants. Dans ce temps-là, ce n’était pas comme aujourd’hui, pas si numérique où on partage en un clic. On allait à la pharmacie avec nos rouleaux et on faisait développer en double pour partager avec nos proches. On gardaient les négatifs bien précieusement, au cas où.

Citation2-720

Quand ma sœur Margareth m’a donné mon premier appareil numérique, c’est là que j’ai pu explorer la photographie au maximum. J’ai découvert la beauté de l’image. La magie de l’ambiance. En plus d’avoir des souvenirs à jamais. Je ne partageais pas autant qu’aujourd’hui, surtout avec des inconnus. Je partageais avec un cercle restreint d’ami et famille.

collageancien

Tranquillement, je découvrais qu’à travers les photographies, je pouvais voir les détails de la vie… les petites choses qui fait que la vie est belle. C’est devenu important pour moi. Thérapeutique même. Je crois sincèrement, que cela m’a aidé à aller mieux. Vraiment. Un beau complément à la thérapie.

Encore aujourd’hui, prendre des photos me remplit de gratitude pour les petites choses que la vie offre, ça m’aide à voir sa beauté, même dans les jours sombres. C’est bizarre, mais prendre des photos et de voir le résultat final, ça me fait du bien. Quand je regarde mes photos, au fils des ans, je constate une progression lente dans ma vision de la vie… ma façon de voir ce qui m’entoure… C’est sur que c’est souvent les mêmes décors, les mêmes visages… mais c’est ça ma vie.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tout est pareil sauf l’éclairage. Du coup, j’ai l’impression d’avoir documenté ma recherche de bonheur, de bien-être… Le seul ique, c’est que je ne peux pas partager les photos prise avec certaine personne car je n’ai pas leur autorisation…  Mais c’est ok, ce sont des souvenirs que je chérit.

ET VOUS, EST-CE QUE LA PHOTOGRAPHIE VOUS APPORTE QUELQUE CHOSE?

-Jane

À lire aussi : Portraits photos d’un petit prince qui explore

 

 

 

 

J’aime que, j’aime quand

collagejaime

J’aime qu’on prenne le temps de jouer dans les feuilles après l’école

J’aime quand l’appartement sent le café et les bagels

J’aime quand tu veux que je te chante « Heaven » de Bryan Adams ou « Tonight you belong to me » de Patience & Prudence

J’aime les journées douces d’automne où j’ai le temps d’aller marcher dans la nature

J’aime quand mon fils me fait découvrir des artistes (chanteurs, musiciens, peintres, sculpteurs) comme Natasha Wescoat

J’aime quand mon fils m’aide à éplucher des patates (j’en profite pendant que ça dure!!!)

J’aime quand mes collègues et moi ont se bidonnes

J’aime quand tu fouine sur pinterest pour trouver des idées de bricos ou de cartes de noël

J’aime quand mon fils joue du piano

J’aime que mon fils soit invité à des fêtes d’anniversaire

J’aime voir mon fils dans la parade de noël!

J’aime les emprunts numérique de la bibliothèque municipale

J’aime les longues conversations entre amis où on peut parler de ce qu’on veut

J’aime qu’au travail il y ai des activités à noël pour nos enfants

J’aime quand mon chat viens se coller dans ma face lorsque je fais dodo

J’aime quand mon chat m’attends devant la porte quand on arrive du boulot

J’aime quand ma psy m’explique des choses

Et vous, avez-vous des « J’aime que, j’aime quand » à ajouter à votre liste?

-Jane